Notre-Dame de Paris, Quasimodo pleure sa cathédrale

Notre-Dame de Paris, Quasimodo pleure sa cathédrale
Illustration : Outside of Notre-Dame cathedral – Muriel M. English, 1914-1922

Le 15 avril 2019, l’impensable surprend le coeur de Paris, niché sur l’Île de la Cité. Vers 14h, 19h en France, un incendie s’est déclenché dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’origine de la destruction du toit et de la flèche de l’église la plus importante de France. Une catastrophe pour le patrimoine français qui respire tout de même après quelques heures de lutte, ayant permis de sauver une partie des trésors sacrés et la structure de l’édifice.

Une histoire médiévale

La première pierre de la cathédrale est posée en 1163 sous le règle de Louis VII. Dans une période trouble marquée par les croisades et les tensions entre la France et l’Angleterre (à l’origine de guerres après la mort d’Aliénor d’Aquitaine en 1204), le large projet de construction de la cathédrale voit le jour. L’évêque Maurice de Sully est l’initiateur de ce projet à la gloire de la Vierge Marie. L’homme de foi estime que la ville de Paris se doit d’avoir une cathédrale à l’image de sa grandeur comme c’est le cas de toutes les grandes villes épiscopales, comme Saint-Denis et Reims. L’architecture de Notre-Dame de Paris sera plus tard qualifiée de “gothique”.

Le chantier de construction de la cathédrale est colossal. Il s’étend sur plus d’une centaine d’années et voit se succéder plusieurs souverains tels que Louis VII, Philippe Auguste, Louis VIII et Louis IX dit Saint-Louis. L’église est achevée en 1272. Elle connaîtra d’autres modifications jusqu’au XIVème siècle et les soubresauts de l’Histoire de la période révolutionnaire lorsque les statues de la galerie des rois sont détruites. Il faudra attendre le XIXème siècle pour que Notre-Dame retrouve de l’éclat et cela se fait en trois périodes : le couronnement de l’empereur Napoléon Bonaparte immortalisé par la peinture de Jacques-Louis David, la publication du roman de Victor Hugo “Notre-Dame de Paris” en 1831 et la restauration de l’édifice décidée par le dernier roi de France, Louis-Philippe, à partir de 1844.

Le “Sacre de Napoléon” se déroule dans la cathédrale Notre-Dame. Ce tableau a été peint par Jacques-Louis David entre 1805 et 1807.

La cathédrale Notre-Dame de Paris est le monument historique le plus important de la capitale française. Elle est le lieu touristique le plus fréquenté de Paris avec près de 15 millions de visiteurs par an. Comme le rappelle le site Internet de la cathédrale, l’édifice a abrité des moments historiques majeurs dans le passé du pays. Parmi ces évènements, on peut citer la veille du corps du Roi Saint Louis en 1270, le mariage de Henri IV à Marguerite de Valois, fille de Catherine de Médicis, le sacre de Napoléon par le Pape Pie VII en 1804, l’hommage solennel rendu à l’ancien président de la république François Mitterrand le 11 janvier 1996 ou encore le rassemblement des fidèles en 2005 lorsque le Pape Jean-Paul II est décédé.

Et puis, l’incendie

Après plus de 850 ans érigée dans le ciel de Paris, un incendie éclate le 15 avril 2019 un peu avant 19h. Des travaux de rénovation étaient en cours dans les combles du bâtiment mais, pour l’heure, on ne connaît pas les causes de l’accident. La charpente de la cathédrale constituée de bois de chêne d’origine, ainsi que la flèche, s’écroulent dans un brasier que les 400 pompiers peinent à maîtriser. En fin de soirée, les secours annoncent que le feu est maîtrisé et que la structure de l’édifice est préservée. Le président français Emmanuel Macron, qui a dû annuler son intervention télévisée en vue de présenter les mesures du gouvernement après le grand débat national, s’est rendu sur les lieux de l’accident. Il a déclaré, aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe, de la Maire de Paris Anne Hidalgo et du Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, que “nous rebâtirons la cathédrale“. Une souscription pour rebâtir la cathédrale a été annoncée par le chef de l’Etat. Réparer les dégâts prendra cependant plusieurs décennies.

Au matin du mardi 16 avril, le Ministre de la Culture, Franck Riester reste inquiet malgré l’arrêt du feu. Il précisait en effet sur RTL que “le pignon du transept nord, là où il y a de grandes rosaces, risque de s’effondrer sur la rue du cloître. C’est pour cela qu’il y a cinq immeubles qui sont évacués. C’est toujours une situation périlleuse.” Il assure également que “les œuvres les plus précieuses ont été mises en sécurité à l’Hôtel de Ville de Paris dès hier soir” selon BFM TV. Parmi ces trésors, la Couronne d’épines, la tunique de Saint-Louis et le Reliquaire du clou et du bois de la Croix ont pu être sauvés. Étonnant également, la croix de l’autel est restée intacte, les rosaces n’ont pas explosé et plusieurs statues n’ont pas de dommages majeurs.

Reconstruire

Le président Emmanuel Macron a annoncé dans un discours le 16 avril qu’il souhaitait rebâtir la cathédrale “d’ici cinq années“. Les dons ont afflué au lendemain de l’incendie qui a suscité une vive émotion à l’international. Des millions d’euros auraient déjà été récoltés pour financer des travaux qui s’annoncent titanesques. S’ajoute, à la mise en place d’une souscription nationale, une collecte de la Fondation du patrimoine pour la “reconstruction de Notre-Dame de Paris”. Des entités publiques et privées ont également annoncé le déblocage de fonds en vue de participer au financement des travaux. LVMH et la famille Arnault ont annoncé faire un don de 200 millions d’euros, la famille Pinault s’engage quant à elle à donner 100 millions d’euros via la société Artemis. Martin Bouygues, propriétaire de Bouygues et du groupe TF1, souhaite faire un don de 10 millions d’euros. En plus de ces donations, la reconstruction de l’église pourrait être soutenue par des entreprises, les régions et les collectivités territoriales et l’UNESCO.

L’incendie a ravagé le toit et la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris – Remi Mathis

L’incendie du 15 avril 2019 a détruit près des deux tiers de la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’édifice religieux construit au XIIème siècle est le témoin d’une histoire étendue sur huit siècles, du Moyen-Âge à notre époque. Un trésor considérable a été perdu dans la catastrophe malgré le travail héroïque des pompiers de Paris. Même si une solidarité impressionnante a rassemblé des donateurs généreux, il est probable que la reconstruction complète de la première cathédrale de France prenne plusieurs décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *