Prosur, un forum géopolitique inédit en Amérique latine

Prosur, un forum géopolitique inédit en Amérique latine

Le billet du Mercosur

Le Forum pour le Progrès de l’Amérique du Sud (Prosur) s’est tenu au Palais de la Moneda à Santiago du Chili, le vendredi 22 mars 2019. Impulsée par les présidents chilien Sebastián Piñera et colombien Iván Duque, cette initiative a mené à la signature de la Déclaration de Santiago par huit mandataires latino-américains. Ce premier sommet de Prosur confirme la volonté des pays de “consolider un espace régional de coopération (…) pour le progrès et le développement de l’Amérique du Sud.”

Le président du Chili a accueilli ses homologues Mauricio Macri (Argentine), Jair Bolsonaro (Brésil), Iván Duque (Colombie), Lenín Moreno (Équateur), Mario Abdo Benítez (Paraguay) et Martín Vizcarra (Pérou). George Talbot, Ambassadeur du Guyana au Chili, a également représenté son pays lors de l’évènement. Les représentants de la Bolivie, de l’Uruguay et du Suriname ont assisté au forum en tant qu’observateurs et n’ont pas souhaité signer l’accord de collaboration.

Selon Sebastián Piñera, le Prosur est “un forum sans idéologie ni bureaucratie, mais avec un fort engagement en faveur de la démocratie et des droits de l’homme.” L’objectif est de permettre aux pays du bloc de mettre en place des politiques publiques communes et efficaces, après l’échec de l’Unasur (abandonnée par sept pays sur douze membres) et les blocages institutionnels du Mercosur.

Cette alliance politique n’est pas inédite sur le continent. Il en existe d’autres telles que le Groupe de Lima, l’Organisation des États Américains ou l’Alliance du Pacifique. Mais le Prosur marque un tournant particulier dans la vie politique du continent. Les gouvernements libéraux s’alignent en effet sur des valeurs multilatérales communes. Selon la Déclaration de Santiago, l’espace flexible du Prosur “abordera de manière prioritaire des sujets d’intégration en terme d’infrastructure, d’énergie, de santé, de défense, de sécurité et de lutte contre la criminalité, de prévention et de gestion des catastrophes naturelles.”

Ce forum, même s’il a donné lieu à la signature d’un accord, reste théorique à court terme. Cependant, la portée symbolique est forte. Les leaders de droite créent un nouveau forum de coopération politique visant à remplacer l’Unasur, qu’avaient dessiné les présidents socialistes Hugo Chávez et Néstor Kirchner. La rupture avec la gauche est consommée, dans un contexte où le modèle socialiste tombe en désuétude à mesure que s’enlise la crise vénézuélienne.

Même si le chef d’État chilien parle d’un forum “sans idéologie”, l’orientation politique de cette organisation est uniforme. Le mandataire oppose idéologie et démocratie, afin de se positionner à l’inverse d’une tendance au populisme, image implicitement renvoyée au gouvernement de Nicolás Maduro. Le président uruguayen Tabaré Vázquez se montre critique envers le Prosur, y voyant une répétition des erreurs du passé en terme d’organismes multilatéraux.

La crise politique du Venezuela freine une coopération fluide entre les pays. Juan Guaidó, le président par intérim du Venezuela reconnu par une cinquantaine de gouvernements, a été invité au forum. Cette crise continentale majeure pourrait être un obstacle de taille dans la mise en action de politiques communes. La visite du président brésilien d’extrême-droite au Chili a également provoqué l’indignation dans les rues de Santiago. Les manifestants ont notamment évoqué le paradoxe de M.Bolsonaro. Participer à un sommet “démocratique” et afficher sa nostalgie de la dictature militaire brésilienne n’est pas cohérent. Le président provoque régulièrement des polémiques autour de ses propos peu avenants en terme de droits de l’homme.

Le Chili assurera la présidence du Prosur pendant douze mois, puis passera le relai au Paraguay pour l’année suivante. “Nous sommes convaincus que plus nous nous unifions, plus nous arriverons à une stabilité politique dans la région”, conclut Mauricio Macri, lors de la table ronde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *