Expo – “Le vin est un lien d’amitié qui unit la France et l’Argentine”

Expo – “Le vin est un lien d’amitié qui unit la France et l’Argentine”
Photographie : 22 photographies sur le thème du vin français sont exposées sur les grilles de l’Ambassade de France – ElCarretero

 

“Le vin est un lien d’amitié qui unit la France et l’Argentine”, c’est Pierre-Henri Guignard, Ambassadeur de France en Argentine, qui le dit ! Après la Géorgie, c’est au tour de l’Argentine d’être à l’honneur : en tant que “Vignoble invité”, le pays montrera ses richesses viticoles à l’occasion d’une exposition à Bordeaux au Musée du Vin au mois d’août. L’équipe de la Cité du Vin a inauguré, le vendredi 1er mars, une exposition photographique sur le vin français à l’Ambassade de France de Buenos Aires.

 

Une exposition, deux pays

Laurence Chesneau-Dupin, Philippe Hernández, Karine Marchadour, Laura Dubosc et Elodie Gratuze sont venus inaugurer une exposition de photographies sur le thème du vin ce vendredi à l’Ambassade de France. Vingt-deux photographies retracent l’histoire du vin français sur les grilles du Palacio Ortiz Basualdo et proposent un parcours immersif dans une tradition qui se confond avec l’histoire de l’humanité.

La délégation de la Cité du Vin est actuellement en voyage en Argentine pour “s’imprégner de l’ambiance du pays” afin de mieux la retranscrire à partir du mois d’août 2019. L’Argentine est en effet le pays à l’honneur cette année et sera exposée au Musée du Vin de Bordeaux jusqu’au mois de novembre. Un espace de 700 mètres carrés sera consacré au thème “Toda la naturaleza, todos los vinos” et mettra en valeur la diversité culturelle et les paysages les plus remarquables du pays, dont Mendoza, région au coeur de la production de vin argentin. “Cette nouvelle exposition temporaire aura pour objectif de faire découvrir la culture viticole argentine en adoptant une approche culturelle et civilisationnelle”, explique la Cité du Vin sur son site Internet. Le musée précise également qu’une “série d’événements culturels autour de l’Argentine sera programmée.” Ce projet est notamment soutenu par Business France Argentine et Veolia.

Si Paris est la capitale de la mode, Bordeaux est sans aucun doute celle du vin. La Cité du Vin y a ouvert ses portes le 1er juin 2016. Véritable chef-d’oeuvre architectural, “la Cité du Vin aborde le vin comme un patrimoine culturel, universel et vivant, à travers une approche immersive et sensorielle.” Immense bâtiment de 13 350 mètres carrés imaginé par les architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières de l’agence XTU architects, le musée propose un parcours de visite libre composé de dix-neuf espaces thématiques “à travers une mise en scène immersive et sensorielle, dont la dernière étape vous mènera jusqu’au Belvédère pour une dégustation de vin du monde.” À visiter sans modération.

 

Le vin, une tradition culturelle franco-argentine 

La viticulture traverse l’histoire de la civilisation depuis plusieurs millénaires. Elle trouve ses sources à l’origine de la colonisation grecque. À force d’élaboration et de technique, les Gaulois sont devenus, sous l’Empire romain, des maîtres en la matière. La production de vin a accompagné les époques et l’expansion de la civilisation chrétienne. C’est la religion qui a permis d’étendre la consommation de vin au monde entier. Ce n’est qu’au XIXème siècle que la consommation de vin se généralise à toute la société et Napoléon III établit la Classification officielle des vins de Bordeaux en 1855. L’histoire de la France, ses cultures régionales et ses climats ont permis le développement de vignobles variés (Bourgogne, Bordeaux, Val de Loire etc), faisant aujourd’hui toute la diversité et l’excellence du vin français.

C’est au début du XVIème siècle que les colons espagnols apportent la vigne en Amérique. Les premières vignes sont plantées en Argentine en 1551 et se développent particulièrement dans la région des Andes où le climat est plus favorable à la culture du raisin. Les religieux catholiques qui s’installent en Argentine établissent des vignobles près des monastères afin d’assurer la disponibilité du vin pour la messe. Le XIXème siècle est l’époque où s’est renforcée la culture du vin en Argentine pour trois raisons principales : l’immigration importante d’européens a permis d’apporter de nouveaux cépages et des techniques de culture innovantes ; la mise en place d’un réseau ferroviaire a permis de mieux connecter les territoires entre eux et de nouveaux territoires jusqu’alors déserts ont commencé à être exploités, comme la Patagonie.

 

En 2017, c’est pourtant l’Italie qui est le leader du vin mondial avec 42,5 millions d’hectolitres produits. La France en comptabilise alors 36,7 et l’Espagne, 32,1. Cette même année, l’Argentine est le sixième producteur mondial de vin, avec une production de 11,8 millions d’hectolitres. Fier de ce savoir-faire qui unit l’Argentine et la France, Alfredo Cornejo, le Gouverneur de la Province de Mendoza, exprime son enthousiasme aux côtés des membres de la Cité du Vin : “Le vin est ce qui nous connecte le plus avec le monde.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *