Le lithium, le nouvel or blanc de l’Argentine ?

Le lithium, le nouvel or blanc de l’Argentine ?
Photographie : Les Salinas Grandes dans la Provincia de Jujuy, au Nord-Ouest de l’Argentine – ElCarretero

 

New Delhi. La capitale de l’Inde accueillera le lundi 18 février 2019 le président argentin, Mauricio Macri. C’est à 15,781 kilomètres de Buenos Aires que le chef de l’Etat vient renforcer ses relations bilatérales avec le deuxième pays le plus peuplé du monde, espérant y trouver des investisseurs. À l’heure actuelle, une précieuse ressource attire des convoitises que le gouvernement argentin souhaite satisfaire : le lithium. Présent dans les batteries des téléphones, des ordinateurs et des véhicules électriques, la demande en lithium devrait exploser dans les prochaines années, et cela tombe bien : les sols du triangle d’or (Nord-ouest argentin, Sud de la Bolivie et Nord du Chili) en sont remplis.

 

Le lithium, une ressource d’avenir ?

La Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis titrait sa note d’information du 18 décembre 2015 ainsi : “Minerais de lithium : enjeux de la prochaine décennie.” Cet élément, pour l’heure relativement peu exploité à l’échelle mondiale, est de plus en plus convoité. À l’heure où le pétrole s’épuise, les yeux sont rivés sur le lithium, utilisé dans les batteries de lithium-ion. La demande en lithium devrait s’accroître dans les prochaines années, avec l’accès démocratisé aux technologies numériques et aux véhicules électriques.

D’un point de vue scientifique, le lithium est le métal le plus léger et il est le premier alcalin du tableau périodique des éléments. Le lithium a été découvert en 1817 par Johan August Arfwedson et tire son nom du grec « lithos », « pierre », car il a été découvert dans des minéraux. Le lithium métallique est de couleur blanc argenté. Il réagit avec l’azote, et violemment au contact de l’eau. Il se caractérise par une chaleur spécifique et une conductivité thermique très élevées, ainsi que par une faible densité (deux fois moins dense que l’eau). Ces propriétés en font un métal intéressant à utiliser dans les batteries car il est conducteur, résistant à la chaleur et léger. Cependant, son utilisation dans les batteries peut être dangereuse si les normes de sécurité ne sont pas respectées.

Les batteries au lithium répondent partiellement à un problème scientifique au coeur de la transition écologique : le stockage de l’énergie. Tout comme il n’est pas possible de récupérer l’énergie solaire et de la garder dans une boîte, ni de rassembler le vent ou la foudre, la question du stockage de l’énergie impulse le développement des nouvelles technologies. Le recours aux véhicules électriques pour limiter l’émission de gaz à effet de serre liée à l’utilisation des énergies fossiles est un premier recours pour réduire notre impact sur la planète. Même si les véhicules électriques ne résolvent pas à 100% le problème de la pollution, ils sont l’alternative prioritaire. Selon la Commission de Régulation de l’Énergie, il y avait “en France, en 2017, près de 120 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables (…) en circulation.” Ils seraient entre 3 millions et 15 millions à l’horizon 2035.

 

Le triangle d’or, une richesse latino-américaine 

Selon les études, le triangle d’or (Chili, Bolivie et Argentine) disposerait de 54% des réserves mondiales de lithium. Le plus grand gisement au monde est le Salar de Uyuni, en Bolivie, qui s’étend sur une superficie d’environ 12 000 kilomètres carrés. Le Salar de Atacama au Chili et le Salar de Arizaro en Argentine sont parmi les plus grands de la région des Andes. 

Source : Dajin Resources Corp.

 

Le lithium n’est pas une ressource fossile. Ce métal n’est pas rare et sa présence est liée à l’activité volcanique. Plus facile à extraire, le carbonate de lithium se trouve dans des zones désertiques, dans les “salars”, ces déserts de sel et lacs asséchés sur des plateaux de haute altitude. La blancheur des salars rappelle la neige, mais c’est bien sur une étendue de sel à perte de vue que brille la lumière du soleil. À l’heure actuelle, près de 95% du lithium est produit en pompant de la saumure sous la terre et en laissant l’eau s’évaporer dans de grandes cuves, ou directement à l’air dans des marais salants. Le lithium est ensuite séparé de la saumure obtenue par électrolyse.

Les principaux pays producteurs de lithium dans le monde sont l’Australie, le Chili, l’Argentine et la Chine.C’est un marché en pleine croissance actuellement dominé par l’Australie. Cependant, cela pourrait changer à l’épreuve de la politique. Depuis l’arrivée au pouvoir de Mauricio Macri fin 2015, les taxes sur les exportations minières ont été supprimées. Libérale, l’Argentine peut tirer profit de la politique protectionniste de la Bolivie pour concurrencer le Chili.

Depuis ce changement de bord, le pays a pu attirer des investissements étrangers afin de dynamiser le secteur. Cependant, si l’Argentine ne parvient pas à relever le défi technologique en mettant en place une réelle politique de développement des territoires et des technologies, l’exploitation de ces ressources ne pourront pas permettre un vrai retour sur investissements. Le pays du triangle d’or qui maîtrisera les procédés de raffinage deviendra le leader régional dans cette course au lithium.

 

Dans le viseur des industriels

Le voyage de Mauricio Macri pourrait être bénéfique en terme de commerce avec l’Inde. Pour attirer les investisseurs étrangers et les entreprises souhaitant opérer dans le secteur minier en Argentine, le gouvernement vient de réformer le système administratif et la fiscalité propre à ce secteur. C’est une économie annuelle de 376 millions pour les entreprises qui peuvent désormais gérer leurs démarches à distance. Pour Pedro Inchauspe, Secrétaire à la Simplification Productive de la Nation, “ces mesures sont fondamentales pour attirer des investissements dans un secteur hautement compétitif à l’échelle mondiale.”

Selon le magazine resourceworld.com, le marché de la batterie au lithium-ion devrait dépasser les 60 milliards de dollars d’ici 2024 avec une ressource de 534 000 tonnes de carbonate de lithium extraite en 2025. En 2016, l’Argentine a produit 11,845 tonnes de carbonate de lithium soit 6% de la production mondiale. En 2017, 17 500 tonnes ont été produites dans le pays.

Très récemment, l’entreprise argentine Pluspetrol a racheté les parts de l’entreprise canadienne LSC Lithium Corporation, opérante dans le nord de l’Argentine, pour un total de 85 millions de dollars. Selon iProfesional, la production de carbonate de lithium “pourrait s’effectuer à grande échelle d’ici 3 ou 4 ans.”  Mariano Lamothe, Sous-Secrétaire au Développement Minier de la Nation, projette, les yeux rivés sur le chiffre de 290 000 tonnes de capacité de production annuelle, que l’Argentine sera “le deuxième plus grand producteur de lithium du monde” d’ici 2022.

 

Le marché du lithium s’étend à toute vitesse à mesure que l’utilisation des nouvelles technologies se démocratise. Le potentiel des véhicules électriques permet au “triangle d’or” de confirmer son rôle de premier plan dans l’industrie mondiale. Malgré un impact environnemental certain, le lithium pourrait devenir une ressource essentielle pour l’économie argentine qui a bien besoin de reprendre quelques couleurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *