Focus – Jorge Aguirre, une rétrospective re-porteña à la FoLa

Focus – Jorge Aguirre, une rétrospective re-porteña à la FoLa
Photographie : Jorge Aguirre

La Fototeca Latinoamericana expose jusqu’au 23 juin l’oeuvre d’un photographe argentin singulier, Jorge Aguirre. Inaugurée le 14 mars, l’exposition est une immersion dans les années 50-60, au coin des rues de la capitale argentine. Tout cela en noir et blanc, naturellement.

Jorge Aguirre, photographe et artiste

Jorge Aguirre est né à Buenos Aires le 4 mars 1929. Il étudie les sciences économiques à l’Université de Buenos Aires, puis s’intéresse à l’art, à la peinture et au dessin. Il travaille plusieurs années dans les domaines de la finance et de l’industrie. Jorge Aguirre commence à photographier en 1956 et collabore avec le journal El Nacional à partir de 1958. Il réalise des reportages photographiques sur la ville de Buenos Aires, avec un oeil critique et ironique sur la société portègne. Il a travaillé pour différents journaux nationaux et internationaux. Son terrain de travail est petit, se résumant aux avenues Callao, Santa Fe, Corrientes et Córdoba.

Un dandy urbain

Photographe de la ville et du paysage urbain, Jorge Aguirre vit en dandy. Grand et svelte, l’homme fascine. Séduisant, élégant, chic en toute circonstance, il se passionne pour la littérature de Borges et supporte fanatiquement River Plate. Le vrai personnage se trouve parfois derrière le Leica. En 1986, une rétrospective intitulée “Allegro man non troppo” lui est consacrée au Centre Culturel General San Martín. Aujourd’hui, ce sont plus d’une centaine de photographies prises entre 1957 et 1993 qui sont exposées à la FoLa, regroupées sous l’incitation “Jorge Aguirre-Antológica 1957-1993”. Une partie de ces photographies sont inédites. L’artiste a laissé derrière lui une oeuvre conséquente, bien séparée entre travail éditorial et oeuvre artistique.

“Hombre reloj” – Jorge Aguirre, 1962

Décortiquer la ville

Jorge Aguirre est un pionnier de la photographie argentine du XXème siècle. Son oeuvre personnelle s’inscrit dans une démarche documentaire et artistique. La FoLa présente l’exposition en insistant sur le fait que le photographe “a su capter avec finesse et ironie les attitudes des porteños avec un intérêt pour les espaces scénographiques (…) les détails qui font la publicité, la politique et les petits aspects certainement insignifiants de la vie quotidienne.” L’oeuvre de Jorge Aguirre est comparée à celles de Robert Doisneau et Elliott Erwitt. Ses clichés demeurent cependant imprégnés d’un regard profondément portègne, dans ce que l’expérience de la ville peut avoir de géographique et de culturel.

L’exposition est ouverte au public depuis le 14 mars à l’adresse Godoy Cruz 2626. L’entrée coûte 100$. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet de la Fototeca Latinoamericana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *