Focus – Le Festival de la Luz s’invite à l’Alliance Française pour un tour du monde photographique avec Nicolas Henry

Focus – Le Festival de la Luz s’invite à l’Alliance Française pour un tour du monde photographique avec Nicolas Henry

Le photographe français Nicolas Henry est exposé à l’Alliance Française (centre Microcentro) dans le cadre du Festival de la Luz. L’AF participe aux rencontres photographiques en exposant des artistes dans les cinq centres de Buenos Aires (Microcentro, Flores, Belgrano, Palermo et Martínez). L’artiste français, dont le travail mêle photographie colorée, installation ludique et écriture poétique, est exposé du 6 août au 6 septembre 2018.

Le Festival de la Luz, qui prend forme à travers les “Encuentros abiertos”, se tient tous les deux ans en Argentine aux mois d’août et de septembre. Cet évènement permet d’exposer et de faire rayonner la photographie argentine à l’international et s’est converti au fil des éditions en un échange artistique et culturel entre des artistes et des coopérations venus de plus de 30 pays différents, donnant ainsi vie à une même passion, la photographie. Les “Encuentros abiertos” sont un ensemble d’évènements permettant la diffusion et la promotion de la photographie en Amérique Latine et à travers le monde. De nombreuses expositions sont organisées dans plus de 90 espaces culturels de 36 villes d’Argentine. Selon l’organisation du festival, plus 350 artistes y sont représentés. Expositions, workshops, dialogues, présentations de livres, projections et tables rondes sont organisés cette année pour fêter les 30 ans du projet. Le grand thème de cette édition est “le sentiment vital qui nous unit aux autres tant sur le plan social que personnel” et se traduit dans les oeuvres dans des approches et des sensibilités très différentes. Les angles abordés sont multiples et abordent le médium à travers des thèmes qui nous concernent tous. L’amitié, la diversité, le voyage, la nature, la protection de l’environnement, la paix, la pauvreté sont autant de sujets universels qui se croisent en Argentine lors du festival.

Les cabanes imaginaires de l’artiste français Nicolas Henry sont un point de jonction entre toutes les approches citées ci-dessus. L’artiste définit son travail comme étant “un ensemble d’images et de témoignages de communautés à travers le monde”, et qui cherche à créer un dialogue entre “ces héros d’un jour (qui) montent sur scène, acteurs de leur propre histoire.” Les cabanes imaginaires sont un lieu de rencontre, de dialogue et de partage.

 

“Le Gangsta Burger, Chicago, États-Unis”, Nicolas Henry – Oeuvre exposée à l’Alliance Française de Buenos Aires

L’artiste-voyageur intervient dans l’espace autochtone à travers des installations -les fameuses cabanes- autour et/ou à l’intérieur desquelles viennent interagir les habitants des lieux. Ces installations permettent d’agir sur le lieu et d’en changer les codes physiques et sociaux. On voit l’environnement autrement, on voit les autres autrement, on interagit dans une réalité changée physiquement et dans laquelle l’artiste vient mettre de la couleur. Les photographies ont été prises partout dans le monde, dans des endroits reculés de la Bolivie, de l’Éthiopie ou du Népal et dans des quartiers des États-Unis, du Rwanda ou de Madagascar qui ont pour points communs leur violence, actuelle ou historique. Nicolas Henry accompagne ses photographies d’écrits, qui sont de petits textes poétiques, racontant des histoires et des épopées. Ceux-ci ouvrent l’imagination sur des valeurs universelles qui ressortent de tous ces endroits si éloignés et si différents culturellement. Le rêve, l’espoir, la lumière, la paix ou encore la liberté sont autant d’idéaux ouverts par la porte de la cabane imaginaire.

Les quatre centres de l’Alliance Française accueillent d’autres artistes qui s’inscrivent dans une pratique artistique riche. L’Alliance Française centre Belgrano expose “Donde la luz se acurruca” de Guadalupe Basagoitia jusqu’au 26 septembre. Jusqu’au 28 septembre, le centre Flores montre les oeuvres d’Ariel Gomez, de Fabiana Schulz, de Valentina Funes et de Veronica Roig sur un thème commun qui donne son nom à l’exposition, “Vestigios”. Le centre de Palermo accroche “Poptitud” de Andrea Guedella jusqu’au 2 novembre.

L’Alliance Française étend son agenda culturel en inaugurant le 15 septembre le travail de l’artiste Lamyne M., originaire du Cameroun, qui présente son travail dans l’exposition “Les grandes robes royales”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *