Compte-rendu du Grand Débat Français de l’étranger – Buenos Aires

Compte-rendu du Grand Débat Français de l’étranger – Buenos Aires

Le Grand Débat Français de l’étranger de Buenos Aires s’est déroulé le samedi 2 mars 2019 de 10h à 12h au Lycée Jean Mermoz. Trente personnes ont participé aux côtés de la députée LREM pour la deuxième circonscription des Français de l’étranger, Paula Forteza, et de ses collaborateurs (Marianne Billard, Marion Dos Reis Silva et Mauricio Mejia). Les quatre thèmes du grand débat national ont été abordés, à savoir la fiscalité, les services publics, la démocratie et l’environnement. Voici le compte-rendu des discussions et des échanges.

La fiscalité et les dépenses publiques

Sur le thème de la fiscalité, six problématiques majeures ont été mises en avant. Il ressort du débat un “fort sentiment d’injustice sociale” : “malgré un taux de prélèvement extrêmement fort en France, il y a une impression d’insuffisance du service public. Il faut en identifier les causes pour venir répondre à ce sentiment d’injustice sociale”, détaille le compte-rendu délivré par l’équipe de Paula Forteza. Il ressort également du débat un sentiment de “complexification du débat public”. Cela s’explique par l’absence de mise en avant des réussites des services publics et la méconnaissance de leurs coûts réels. Les protagonistes ont également débattu sur le thème de l’imposition : il ressort que “l’impôt n’est pas assez optimisé dans son utilisation” et qu’il faut “éviter d’augmenter les impôts pour ne pas favoriser l’évasion fiscale.”

Parmi les propositions présentées par les citoyens, il a été demandé de supprimer la CSG pour les Français de l’étranger, de rétablir l’ISF, de mettre en place une politique de transparence dans les mécanismes d’imposition ou encore de mieux lutter contre l’évasion fiscale. D’autres propositions ont été faites, nous vous partageons le compte-rendu à la fin de l’article afin que vous puissiez prendre connaissance de ces dernières.

L’organisation de l’État et des services publics

En ce qui concerne les services publics et l’organisation de l’État, quatre problématiques ont été identifiées. Parmi elles, un triste constat :“l’efficacité des services publics n’est pas bonne”. Les citoyens parlent également d’une “opacité du fonctionnement des services publics” et d’un “millefeuille administratif” qui expliquent l’inefficacité des administrations. La “fermeture des services publics de proximité” est également un problème qui a été souligné, en prenant l’exemple des maternités “qui sont trop éloignées, ce qui oblige les femmes enceintes à réaliser des parcours importants pour accoucher.” Un intervenant a pris l’exemple de la fermeture de la section consulaire de l’ambassade de France au Paraguay pour montrer que c’est une problématique qui concerne également les expatriés.

Deux propositions principales sont ressorties des discussions : “créer des outils d’évaluation des services publics” et “favoriser la co-décision entre fonctionnaires et citoyens” permettraient une meilleure connaissance du besoin réel des usagers des services publics.

La démocratie et la citoyenneté

Sur le sujet de la démocratie et de la citoyenneté, les Français de Buenos Aires ont mis en perspective six problématiques. Il semblerait que “les dépenses des élus ne soient pas assez transparentes”. Il existe “un manque d’éducation politique” à l’origine de “grosses disparités de savoir”. Le manque d’adhésion lors des élections s’explique par l’accès difficile aux bureaux de vote (et notamment à l’étranger). Il a également été souligné que le débat politique n’offre pas de réelle représentativité à cause de sa forte polarisation. Un problème “d’hyper-présidentialisation” a également été abordé, jugeant que la figure du président occupe trop d’espace dans la vie politique.

Les solutions proposées pour faire face à ces problématiques sont peut-être celles qui concernent le plus les Français résidants à l’étranger. Parmi elles, on note la mise en place du vote électronique, une plus grande transparence des informations publiques ou encore la possibilité d’évaluer les élus.

La transition écologique

Le dernier sujet débattu est celui de l’écologie et de la transition écologique. Quatre problématiques ont été identifiées sur ce thème. Il semble que “la transition écologique est indissociable d’une transition économique”, que “l’écologie n’est pas assez apolitique” et qu’elle ait trop longtemps été présentée comme une orientation politique. L’écologie “n’est pas présentée de manière assez valorisante” et il existe un paradoxe entre la politique et la transition écologique : si la première apparaît comme “courtermiste”, la seconde implique de prendre des décisions à long terme.

La valorisation de nouvelles formes d’agriculture, la création d’une épargne durable ou l’augmentation du financement de la recherche scientifique sont des solutions qui ont été proposées pour mettre en place une transition écologique efficace.

Paula Forteza a annoncé qu’elle reviendrait vers la communauté française d’Amérique latine lorsque le grand débat national sera terminé. Il est possible que soient mises en place des réunions de ce type une fois tous les deux mois si l’exercice se révèle efficace pour améliorer la vie citoyenne à l’étranger.

Voici le lien du compte-rendu du grand débat national de Buenos Aires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *